Des stalles de Notre-Dame de Paris

Un article en ligne sur le site de la station de radio Europe 1 cite le régisseur du patrimoine intérieur de Notre-Dame de Paris, au lendemain de l’incendie qui a touché l’édifice : « Quant au deuxième orgue, utilisé quotidiennement et situé dans le chœur, “il a été copieusement arrosé (par les lances à incendie), mais c’était pour préserver les stalles du 18ème siècle (les rangées de sièges, liés les uns aux autres et alignés le long des murs du chœur de la cathédrale, ndlr) qui sont juste en dessous. » (lien vers l’article ici)

Mise à part la réjouissante nouvelle concernant l’orgue, c’est la « ndlr » qui retient l’attention : la nécessité d’apporter une définition de ce que sont des stalles laisse songeur. Parer au risque de confusion avec d’autres types de stalles comme l’ « emplacement isolé par des cloisons latérales généralement fixes, qui est affecté à chaque animal dans une écurie ou dans une étable » ? Plus largement, un signe supplémentaire d’une culture religieuse en recul – voire, pour les plus pessimistes, en voie de disparition – ? Mais la question n’est pas nouvelle (voir École du Louvre, Forme et sens : la formation à la dimension religieuse du patrimoine culturel, 1997, Paris, École du Louvre). Le Thésaurus de la désignation des objets mobiliers (Mission de l’Inventaire général du patrimoine culturel – Ministère de la Culture et de la Communication, n° 8, réédition revue et complétée, mai 2014) qualifie les stalles de « meuble religieux » et propose la définition suivante :

« Siège ou ensemble de sièges situé dans le chœur liturgique et réservé aux membres du clergé ou aux religieux dans un monastère pendant les offices. Chaque stalle comporte un dossier, des accotoirs et un fond mobile, la sellette, sous laquelle est fixée une miséricorde, qui permet de s’asseoir tout en paraissant être debout. Les stalles comportent également des parcloses, panneaux séparant verticalement deux stalles et des jouées, panneaux situés aux extrémités de chaque série de stalles. Les stalles peuvent être disposées sur deux rangs : stalles hautes à l’arrière et stalles basses à l’avant. Les stalles qui se trouvent à l’entrée ou au fond du chœur, réservées au clergé de rang le plus élevé, se distinguent par l’importance de leur taille et de leur décor. »

Source: gallica.bnf.fr/ BNF /Bibliothèques de l’Université de Poitiers

La liste est longue des splendeurs que contient cette catégorie de « meuble religieux ». Nous mentionnerons ici les stalles de la cathédrale de Poitiers qui émurent Edith Wharton lors de son voyage en « France en automobile » au début du siècle dernier. Si, aux yeux de l’automobiliste américaine, la cathédrale « est une construction manquant singulièrement de charme », elle « possède quelque chose de mémorable dans ses stalles du XIIIe siècle, presque uniques à cette date en France, hauts sièges sévères, aux dossiers formés d’arches pointues, avec de délicates sculptures en bas-relief entre les tympans. Il y a, en particulier, une petite chauve-souris, avec des ailes éployées semblables à des toiles d’araignée, si délicieusement adaptée à son espace alloué, le modelé de son museau à moitié humain manifestant une telle finesse d’observation qu’elle reste en mémoire à l’instar d’un ouvrage classique échappant aux époques et aux styles. » (La France en automobile, Mercure de France, 2015, pour la traduction française, p. 93).

Près d’une quinzaine d’années plus tard, une étude consacrée aux sculptures de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers (Maillard, Elisa, Les sculptures de la cathédrale Saint-Pierre de Poitiers, Poitiers, publié sous les auspices de la Société des antiquaires de l’ouest, 1921, p. 138) se montre plus critique à l’égard de cette petite sculpture, tout en faisant référence à Notre-Dame de Paris :

Source: gallica.bnf.fr/ BNF / Bibliothèques de l’Université de Poitiers

Ce sont des stalles beaucoup plus modestes auxquelles nous pensons ici, celles de l’église de Barran (Gers), moins connues que son clocher hélicoïdal, mais demeurées célèbres en droit domanial.

Crédit: Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, dist. RMN-GP
Crédit: Anne Fornerod

Par un arrêt du 17 février 1932, Commune de Barran, le Conseil d’État a en effet consacré la domanialité publique mobilière. L’affaire commence avec la vente à un antiquaire des stalles par le maire de la commune de Barran, pour laquelle il avait d’ailleurs obtenu l’accord du curé et des fidèles (cf. les conclusions du commissaire du gouvernement Rouchon-Mazerat, citées par René Capitant dans sa note sous l’arrêt [Note René Capitant sous CE, 17 février 1932, Commune de Barran, D., 1933, III, p. 49]). Le préfet du Gers avait alors pris une décision « en conformité des instructions du ministre de l’Instruction publique et des Beaux-Arts, en date du 27 janv. 1928, interdisant le transfert des stalles de l’église de la commune et ordonnant de veiller à leur conservation dans l’édifice où un arrêté du 29 déc. 1927 les a classées ». Le maire demandait à la juridiction administrative d’annuler cette décision mais également l’arrêté « en tant qu’il a classé comme monuments historiques dix stalles actuellement démontées ». Les stalles n’étaient donc plus, de fait, nécessaires à l’exercice du culte. Pour autant, le juge administratif a décidé qu’« il est constant que les stalles qui font l’objet du litige étaient au nombre des meubles garnissant l’église de Barran à la date de la publication de la loi du 2 janvier 1907 ; que par l’effet des dispositions de l’article 5 de ladite loi, elles ont été laissées à la disposition des fidèles et des ministres du culte pour la pratique de leur religion ; qu’en l’absence d’un décret mettant fin à cette affectation, celle-ci n’a pas cessé, nonobstant la vente consentie par la commune ; que, dès lors, c’est à bon droit que le préfet a interdit l’enlèvement desdites stalles et enjoint au maire de veiller à leur conservation dans l’église ». Les stalles, affectées à l’exercice public du culte – et propriété de la commune – faisaient donc partie du domaine public mobilier et étaient, en conséquence, inaliénables.

Cet arrêt n’a pas pour autant mis fin à la « mobilité » des stalles, dont une partie a été déplacée dans l’église Saint-Michel de Mauvezin (Gers), en 1939 (référence base Palissy : PM32000087).


Anne Fornerod

Co-responsable du projet. Membre de l’UMR 7354 DRES (page personnelle: http://dres.misha.cnrs.fr/spip.php?rubrique83)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.