Soutenance de thèse en architecture

Le 7 juin 2019 à l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles, Lucile Pierron présentera ses travaux en vue de l’obtention du doctorat de l’Université Paris-Saclay en Architecture, Aménagement.     Ses travaux sont consacrés aux « Architectures religieuses en Lorraine durant les Trente Glorieuses : trois décennies d’expérimentations à l’épreuve de la modernité ».

Résumé de la thèse:

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale émerge en France un mouvement de renouveau de l’architecture religieuse et de l’art sacré sous l’impulsion d’un clergé soucieux de repositionner l’Église au cœur de la création contemporaine. S’appuyant sur une liturgie réformée, la communauté religieuse s’engage dans l’édification de nouveaux lieux de culte, qui sont une occasion de mettre en œuvre des formes audacieuses par l’emploi de techniques constructives innovantes. Particulièrement meurtrie par la guerre, la Lorraine devient le site d’une modernité réinventée, un territoire riche d’expérimentations architecturales, formelles, constructives et typologiques, pour lesquelles les réalisations de l’entre-deux-guerres en Suisse et en Allemagne font figure d’avant-garde. Ce travail de thèse analyse les liens entre les aspirations de l’Église catholique, les contraintes imposées par le contexte de la Reconstruction et de l’urbanisation accélérée des territoires, et la réponse formelle et matérielle proposée par les concepteurs de l’époque. Le corpus général concerne la production de cent dix-sept projets et réalisations conçus en Lorraine entre 1945 et 1975. Il se concentre sur les architectures les plus novatrices, tout en répondant à la volonté de proposer une palette d’objets diversifiés, tant du point de vue de leur histoire que de celui de leur matérialité. Les églises du corpus sont l’œuvre d’architectes d’origines géographiques variées et à la notoriété multiple. En outre, ces réalisations, d’une envergure plus ou moins grande, s’inscrivent dans divers contextes géographiques : urbain, périurbain et rural. Croisant les approches quantitative et qualitative, ce travail s’articule autour de trois principaux champs de recherche : – les conditions de production de l’objet architectural : accès à la commande, financements, acteurs, etc. ; – les influences et la question de la réception, notamment au travers d’une étude des revues spécialisées et de la presse catholique ; – enfin, la matérialité de l’objet et sa réalité constructive.


Anne Fornerod

Co-responsable du projet. Membre de l’UMR 7354 DRES (page personnelle: http://dres.misha.cnrs.fr/spip.php?rubrique83)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search